Ville de Groixvideo buzz

Biographie, Guevara Ernesto.(Le che).

Biographie de CHE GUEVARA

 


« Nous avons fusillé, nous fusillons et nous continuerons à fusiller tant que cela sera nécessaire. Notre lutte est une lutte à mort. »

         Citation de Che Guevara. 11 décembre 1964, devant l’Assemblée générale des Nations-Unies.

 

 

1928 - Ernesto Rafael Guevara de la Serna est né le jeudi le 14 juin 1928 à Rosario, Argentine, dans une famille aisée.  Il est le premier fils de l’architecte Ernesto Guevara Linch, de descendance espagnole et irlandaise de par sa mère, et de Celia de la Serna de la Llosa, descendante d’une famille fortunée. Ernesto ou "Teté", comme le surnommeront ses parents, a quatre frères et sœurs : Roberto, Celia, Ana María et Juan Martín.  En raison des problèmes de santé de Ernesto, la famille va changer plusieurs fois de résidence, jusqu’à ce qu’un médecin ne leur conseille de se rendre à Alta Gracia, dans la province de Córdoba. Le climat plus sec de cette région est favorable à Ernesto, et ils décident donc de louer une maison à Villa Carlos Pellegrini. La maison de deux étages s’appelle "Villa Chiquita".  

 

Les problèmes de santé de Ernesto conduisent sa mère Celia à se charger de son éducation primaire. Puis il suivra normalement les cours à l’école San Martín, puis au collège Manuel Solares.  Quand la grand-mère, Ana Isabel, tombe gravement malade, Ernesto la veille durant 17 jours, et à sa mort, il annonce qu’il étudiera la médecine au lieu des études d’ingénieur qu’il avait envisagé. 

 

 

 

Ce jeune bourgeois fragilisé par un asthme chronique suite à une pneumonie contacté à l’age de deux ans, termine ses études de médecine après un périple à mobylette en 1950 entre la Pampa et la jungle d’Amérique centrale, en passant par le Chili, le Pérou et la Colombie. Comme dans le livre "Sur la route avec Che Guevara", qui a servi de base au film de Walter Salles Carnets de Voyage.

 

 Au début des années cinquante, il rencontre la misère au Guatemala à l’époque du « régime progressiste » de Jacobo Arbenz qui est renversé par les Américains.  Il est le spectateur attentif des problèmes sociaux des pauvres de ces pays, et cite dans ses notes la phrase de José Marti : "Je veux unir mon destin à celui des pauvres du monde". Le 29 Décembre 1951, son vieil ami d’extrême gauche Alberto Granado, biochimiste, lui suggéra de prendre une année sabbatique. De cette façon, ils purent concrétiser le voyage dont ils parlaient depuis longtemps, traversant l’Amérique du Sud sur une vieille moto Norton 500 cc surnommée "La vigoureuse" (La poderosa en espagnol).

 

 

Dans des conditions souvent précaires et dormant souvent volontairement dans la cellule d’un commissariat, avec pour objectif de passer quelques semaines comme volontaires dans la léproserie de San Pablo sur les bords de l’Amazone au Pérou.. Mais la moto sur laquelle ils font le voyage les lâche et ils doivent travailler, soit comme assistant médecin ou effectuant des petits boulots, pour continuer leur périple. Ernesto revient à Buenos Aires en Août 1952 pour poursuivre ses études de Médecine. Il reçoit le titre de Docteur en Médecine et Chirurgie le 11 Avril 1953 à l’Université de Buenos Aires. Le 7 Juillet 1953 il part une nouvelle fois en voyage à travers l’Amérique du Sud et Centrale. Il est accompagné par Carlos Ferrer "Calica". Il observe en Bolivie les changements sociaux apportés par le Mouvement Nationaliste Révolutionnaire arrivé au pouvoir. Puis ils visitent le Pérou, l’Equateur, le Panamá et le Costa Rica, où ils font la connaissance des cubains Calixto García et Severino Rosell, qui avaient participé à l’assaut du Cuartel Moncada. Ils poursuivent le voyage et visitent le Nicaragua, le Honduras et le Salvador, pour finalement arriver au Guatemala en 1953. 

 

Au Guatemala, le Che poursuit son éducation politique à travers l’amitié qu’il lie avec l’économiste et exilée péruvienne d’origine indienne, Hilda Gadea Ontalia, ancienne membre du Parti Apriste (APRA, Alianza Popular Revolucionaria Americana). Ils deviennent vites bons amis et Ernesto lit avec elle les textes marxistes et ils discutent de la réalité politique de l’époque. Dans une lettre à sa tante Beatriz, Ernesto Guevara explique sa motivation à s’établir dans ce pays: "Au Guatemala, je me perfectionnerai et accomplirai tout ce qui est nécessaire pour devenir un vrai révolutionnaire".

C’est pendant cette période qu’il obtint son surnom célèbre de "Che", à cause de son utilisation intensive de l’interjection argentine "che", qui signifie approximativement "hé", "mon pote" ou "mec" tel qu’employé familièrement en français. L’Argentine, l’Uruguay, et le sud du Brésil sont la seule zone géographique où cette expression est utilisée.

 Il se lie d’amitié également avec un groupe de révolutionnaires cubains, qui le 26 Juillet 1953 prirent part à l’assaut du Cuartel Moncada. Parmi eux se trouve Nico López, qui baptisera Ernesto du surnom de « Che ». Il se tient au courant auprès d’eux des actions entreprises et prend la ferme décision de poursuivre la lutte dès la libération de Fidel Castro et d’autres camarades. Ernesto Che Guevara se met en contact avec le Parti Guatémaltèque du Travail et officie comme médecin dans les syndicats. Il participe activement à la politique interne du pays pour la défense du gouvernement démocratique et révolutionnaire de Jacobo Arbenz. Mais après l’invasion organisée par la CIA, Arbenz tombe en Septembre 1954.
Les tentatives d’Ernesto Guevara d’obtenir un internat ne furent guère fructueuses et sa situation financière devint très précaire, ce qui l’amena à vendre certains bijoux d’Hilda.

 

En tant qu’argentin et en raison de sa position en faveur du gouvernement de Arbenz, Ernesto Che Guevara ne peut rester plus longtemps au Guatemala, et après avoir demander asile auprès de l’Ambassade d’Argentine, le Che décide de se rendre à Mexico, où il travaillera comme photographe et à l’Hôpital Général. Un mois plus tard il est rejoint par Hilda Gadea et Nico López. Le Che et la Révolution Cubaine.

Un jour, de visite chez María Antonia Gonzales, au Numéro 49 de la rue José Amparán, Ernesto fait connaissance de Raúl et Fidel Castro. María Antonia est une cubaine résidant à Mexico, qui collabore efficacement avec les révolutionnaires exilés. Au cours de cette réunion, le Che reste à converser durant une dizaine d’heures avec Fidel, durant lesquelles ils échangent tout type d’opinions. Le leader de la révolution cubaine lui explique les raisons de sa lutte contre le dictateur Batista. A la fin de cette conversation le Che fait dès lors parti du groupe.

Il se marie le 8 Août 1955 avec Hilda à Tepotzotlán, près de Mexico. Hilda est enceinte et le futur parrain est Raúl Castro. Le 15 Février 1956, naît Hilda Guevara Gadea.

Ernesto reste 57 jour dans la prison Miguel Schultz après avoir été arrêté par la police mexicaine dans la hacienda "Santa Rosa", Popocatépetl, à 35 kilomètres de la capitale, qui était le camp d’entraînement des révolutionnaires cubains qui préparaient une attaque contre Cuba, et qui étaient dirigés par le Général Alberto Bayo, un ancien colonel de l’Armée Républicaine pendant la Guerre Civile en Espagne.

Le Che a toujours caché ses activités révolutionnaires à ses parents, et il leur envoie une lettre les informant de sa situation et leur annonçant sa séparation avec Hilda.

Le Dimanche 25 Novembre 1956, de l’embouchure du río Tuxpán au Mexique, Ernesto Che Guevara s’en va avec le "Granma" avec 81 autres hommes à bord, un yacht d’une capacité de 25 personnes seulement, que Fidel Castro avait acheté à une entreprise nord américaine. Une semaine plus tard, le Dimanche 2 Décembre, ils débarquent à Los Cayelos, à l’est de Cuba, commençant la guérilla révolutionnaire dans les montagnes de la Sierra Maestra.

 


Dès le début, le Che se distingue en tant que combattant de la lutte révolutionnaire à Cuba contre la tyrannie du dictateur Fulgencio Batista. Le 1er Mars 1958, est diffusée pour la première fois « Radio Rebelde », une radio créée par le Che.

A la fin du mois d’Avril 1958, Ernesto est envoyé depuis Jibaro, dans la Sierra Maestra, à la tête du commando de la 8ème Colonne vers la région centrale du pays. Ils arrivent jusqu’à la Sierra del Escambray, province de Las Villas, où ils vont monter un camp de base.

Le Che participe avec beaucoup d’ardeur aux combats et plus particulièrement à la Bataille de Santa Clara le 1er Décembre 1958, laquelle s’avère très importante dans leur objectif principal : faire tomber la dictature et faire triompher la Révolution Cubaine. Le 1er Janvier 1959, Cuba est libéré, et Batista part en exil.

Le 2 Janvier, Camilo Cienfuegos Gorriarán entre dans La Havane, paralysée par une grève générale. Le lendemain le Che y fait son entrée, et le Dimanche 8 Janvier, Fidel Castro entre victorieusement dans la capitale. Les parents du Che arrivent le Lundi à Cuba, 6 ans après la dernière rencontre avec leur fils. Le 21 Janvier, Hilda Gadea et Hildita viennent vivre à La Havane.

En égard aux services rendus à Cuba, Ernesto Che Guevara est déclaré citoyen cubain par le Conseil des Ministres le Lundi 9 Février 1959.

Au mois de Mars 1958, Ernesto avait fait la connaissance à Escambray une jeune cubaine de 22 ans, Aleida March Torres, et le 2 Juin 1959 le mariage est célébré après que le divorce fut prononcé entre le Che et Hilda Gadea le 22 Mai 1959.

Che Guevara était aussi connu pour son austérité personnelle, son niveau de vie et ses habitudes simples. Il détestait tout favoritisme lié au rang (comme c’était déjà le cas lors de la guérilla). Par exemple lorsqu’il devint membre du gouvernement, il refusa une augmentation de salaire, préférant garder sa paye de "commandante" (major) de l’armée. Cette austérité se manifestait aussi par un mépris des richesses qu’il démontra de nombreuses fois, un exemple marquant étant lors d’un dîner avec des officiels communistes en Union des Républiques socialistes soviétiques, où lorsque que le repas fut servit dans de la porcelaine de valeur, le Che fit remarquer sarcastiquement à ses hôtes "Est-ce de cette façon que vit le prolétariat en Russie ?"

Certains voyaient Che Guevara comme le modèle à la fois austère et "glamour" de cet "homme nouveau".

 

 

 

Le 14 Juin 1963 naît le quatrième enfant du Che, le troisième avec Aleida. C’est une fille qui sera appelée Celia, en hommage à sa mère.

Le 19 Mars 1964, vient au monde Omar Pérez, fruit de la relation extraconjugale que Ernesto a eu avec Lidia Rosa López.

En Janvier 1965, Ernesto Che Guevara est en République de Chine, puis au Mali, Congo (Brazzaville), Guinée, Ghana, Dahomey, Tanzanie, Egypte, Algérie et revient à La Havane le 14 Mars.

Sa dernière intervention publique à Cuba a lieu le 15 Mars quand il fait un compte rendu de ses voyages à l’étranger devant ses collaborateurs de Ministère de l‘Industrie.

Afin de poursuivre plus en avant ses idéaux libertaires, il sollicite de la Direction de la Révolution Cubaine son détachement des responsabilités qui le lient à Cuba, pour reprendre la lutte armée en solidarité avec les peuples du monde.

Le 1er Avril 1965 il écrit des lettres d’adieux à ses parents, ses enfants et Fidel Castro, et s’en va pour le Congo. C’est dans ce pays qu’il apprendra la mort de sa mère.

 

                                         La fin, ou la naissance d’un mythe.


Che Guevara arrive à La Paz, en passant par Madrid et Sao Paulo. Il entre clandestinement en Bolivie sous le nom de Adolfo Mena González, fonctionnaire péruvien de l’Organisation des Etats Américains et possède au cas où, un passeport uruguayen au nom de Ramón Benítez Fernández.

Le 7 Novembre il se trouve dans une hacienda de Ñancahuasú où, avec un petit groupe de combattants boliviens, cubains et autres nationalités, il fonde l’Armée de Libération Nationale de la Bolivie (Ejército de Liberación Nacional de Bolivia). Pendant son séjour en Colombie, il est connu en tant que "Comandante Ramón", et également "Fernando el sacamuelas".

Mais 11 mois plus tard, après avoir été fait prisonnier et sérieusement blessé, Ernesto Che Guevara est exécuté, le Dimanche 8 Octobre 1967 à 13h10, par des soldats boliviens dirigés par des agents de la CIA, dans la petite école du village de La Higuera, province de Chuquisaca.

Le 18 Octobre 1967, su la Place de la Révolution, Fidel Castro informe le demi million de cubains présents de la mort du Commandant Ernesto Che Guevara : « Tu as disparu physiquement, mais ton image et tes idéaux restent et resteront présents en nous, parce que ceux-là ils ne pourront jamais les tuer avec des balles ». Le Che était devenu gênant pour beaucoup. Une entrave même pour certains. Électron libre ingérable aux yeux des Américains, il avait également critiqué publiquement le régime soviétique, accusé de ne pas être socialiste, notamment à travers son célèbre discours d’Alger (1964) qui précédait sa dernière guérilla, mettant Castro et le pouvoir révolutionnaire cubain dans une situation délicate vis-à-vis de l’Union des Républiques socialistes soviétiques. Il a été exécuté par l’armée bolivienne sous les ordres du président René Barrientos Ortuño, en présence d’un agent de la CIA, Felix Ramos, dans une petite école où il était retenu prisonnier. Le rapatriement très tardif de sa dépouille à Santa Clara (Cuba), trente ans après sa mort (1997) est dû au fait que le gouvernement bolivien avait toujours refusé jusque là de révéler l’emplacement de la fosse dans laquelle avaient été jetés les corps. Toutefois, ses proches défendent que le Parti Communiste de Bolivie a fait acte de propagande contre le Che (désigné comme un bandit) en représailles de son discours d’Alger. De fait, en Bolivie, les guérilleros devaient être nourris par les paysans qui, au lieu de les cacher, les dénoncèrent contre les 50 000 dollars offerts pour la capture du commandant Che Guevara.

 


 

                                            Controverse.

 

 

Alors qu’il est considéré par certains comme un héros, notamment en raison du mythe qui s’est créé autour de sa personne, les opposants d’Ernesto Guevara, parmi lesquels on trouve la majorité des Cubains en exil ainsi que des réfugiés d’autres pays communistes, le considèrent comme un tueur et un terroriste. Un journaliste du New York Sun, Williams Myers, le qualifie même de « brute sociopathe », vision qui est partagée par un certain nombre d’autres auteurs américains. Ils soulignent que Che Guevara fut « personnellement responsable » de la torture et de l’exécution de centaines de personnes dans les prisons cubaines, et du meurtre d’un nombre encore plus grand de paysans dans les régions qui étaient contrôlées ou visitées par la guérilla. Ils estiment également qu’il était un tacticien maladroit, et non un génie révolutionnaire, n’ayant aucune victoire militaire à son actif. Certains pensent également qu’il a raté son école de médecine en Argentine, et qu’il n’existe aucune preuve de ses compétences médicales.

Ernesto Guevara fut aussi l’instigateur du système cubain de camps de travail forcé, ayant créé le premier de ceux-ci à Guanahacabibes afin de « rééduquer » les responsables des entreprises publiques qui étaient coupables de diverses entorses à « l’éthique révolutionnaire ». [47] Longtemps après sa mort, le système cubain de camps servait encore à emprisonner les dissidents de la révolution.

En 2005, Carlos Santana ayant arboré un tee-shirt du « Che » à la cérémonie des Academy Awards, le musicien de jazz d’origine cubaine Paquito D’Rivera lui écrivit une lettre ouverte le fustigeant pour son support au « Boucher de la Cabaña », la Cabaña étant le nom de la prison où Guevara a supervisé l’exécution de nombreux dissidents parmi lesquels se trouvait le propre cousin de D’Rivera. D’après ce dernier, son parent fut emprisonné là en raison de sa foi chrétienne, et assista aux exécutions d’un grand nombre d’autres chrétiens dans cette prison.

                     Le Che était "l’être humain le plus complet de notre époque".

                                                                                                                                        Citation de Jean-Paul Sartre

 

  

 

beudjull-noir.gif

Commentaires (1)

1. jose vieira 15/01/2012

viva che guevara.viva la revolucion.o mundo que se acuerde que los pobres tambien tiene que comer.y los ricos nada hacem para cambiar el mundo.somos malos para la gente.y nada se hace para cambiar el mundo.vivemos de guerras.luxos.dinero.y no somos humildes.jesus a sido pobre.y ajudo la gente.y lo condenaram injustamente.viva che...........;viva la revolucion.yo estoi aqui para ajudar a cambiar el mundo.vamos todos ajudar y acabar com la pobreza no mundo.las guerras .viva che.abajo los corruptos.mataram che por cobardia.la cia.americana.america acaba com tudo.solo piensa em dinero.y petrolio.nada hace/solo busca matar quiem quer ajudar.viva che.abajo corruptos

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Date de dernière mise à jour : 01/12/2011

Site de France viteavous.com  Vos racines.fr  aquadesign.be annuaire.indexweb.info  01 referencement getclicky.com Annuaire référencement  http://www.la-toile.com/ le moteur terresacree activesearchresults  iozoo.com Voyage et tourisme de l'annuaire Webrankinfo   chatbotgame.com/ thekonstrukt.com/ Blogs Directory Nom de Domaine Petites Annonces Gratuites  annuaire liens en dur  http://french.casinoredkings.com/ référencer son sitedigg-france http://www.okamag.fr/ http://www.dmoz.fr/  Voyage http://www.ton-casinoenligne.com/

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×