Ville de Groixvideo buzz

Biographie, Boucher Hélène.(Léno).

Biographie de Hélène BOUCHER

"Elle venait de battre le record de vitesse pure sur base, sur avions de toutes catégories. Elle avait triomphé de tous les autres pilotes de l’univers entier. Elle était le premier pilote du monde."                                                                 Citation de René Chambe.


Vite. C’est le mot qui résume le mieux le destin fulgurant de Hélène Boucher, née le 23 mai 1908 à Paris. Son père Léon Boucher, est architecte. On l’appelle Léno, sans doute parce que c’est l’anagramme du prénom de son père et de son frère (Noël). La famille est riche mais Hélène est désœuvrée. Elle cherche sa voie longtemps, et n’apprécie guère la couture, à laquelle on la prédestinait. Elle est douée pour la musique et le dessin mais ces activités ne la tentent pas beaucoup. En revanche, cette gracieuse jeune fille aime la mécanique et passe son permis de conduire à 16 ans. 

 

                                                                                                          L’aviatrice.

 Le 4 juillet 1930, après une vingtaine de minutes de vol sur l’aérodrome d’Orly, dans un biplace Moth Gipsy piloté par Le Folcavez, son baptême de l’air détermine chez Hèlène une vocation totale et passionnée. Elle décide de devenir aviatrice et deviendra l’élève de Henri Farbos pilote français (fondateur de l’aéroclub des Landes de Mont-de-Marsan en 1928). 

Elle prend son premier cours de pilotage en mars 1931 et obtient son brevet de pilote le 21 juin 1931,  (21ème brevet féminin français) sur un Moth Gipsy, l’examen consistant alors à effectuer seul à bord 30 atterrissages , une montée et une descente de 600 mètres moteur réduit et une série de 5" huit " à moins de 200 mètres. Enfin, le 30 juin 1932, Hélène passe son Brevet de transport public numéro 1434, épreuve comportant un vol de nuit et exigeant au minimum 100 heures de vol.
Dès juillet 1932, elle participe au rallye aérien Caen - Deauville, son avion mal préparé tombe en panne et elle doit dans l’urgence se poser. L’avion reste accroché dans les branches d’un arbre, mais Léno s’en sort sans blessure.

 

Renault, à cette époque, proposait une voiture sportive de prestige, la Vivasport. Pour assurer  sa promotion publicitaire, le constructeur choisit Hélène Boucher. Ses records de vitesse et son goût des belles mécaniques la   vouait tout  naturellement à en devenir une prestigieuse ambassadrice : comme le vantait la "réclame", l’aviatrice la plus rapide du monde ne pouvait choisir que la fougueuse 6 cylindres Vivasport ! C’est d’ailleurs Marcel Riffart, concepteur du Rafale et chef du bureau d’études Caudron, qui a dessiné la Renault Viva Grand Sport (appelée Vivastella Grand Sport avant 1935). Riffart qui a déjà dessiné des avions profilés, réalise une carrosserie spécialement étudiée pour l’aérodynamisme. Très large (1,72 m), elle permet l’installation de 3 personnes de front. Elle adopte un moteur 6 cylindres en ligne de 4,1 litres decylindrée en position longitudinale à l’avant.        

                                                                              

                                         Renault Viva Grand Sport

 

Elle poursuit ses participations aux manifestations : le raid Paris - Saïgon au début de l’année 1933, les 12 heures d’Angers en juillet 1933 et en août premier record, celui d’altitude féminin.

Comme cela suffit pas, elle commence à apprendre la voltige (l’acrobatie aérienne, comme on disait alors). Elle apprend... vite. Son instructeur, il est vrai, est un maître, c’est Michel Détroyat, un des champions de l’époque. En quelques semaines, Léno atteint un niveau suffisant pour s’engager dans une rencontre internationale à Villacoublay (près de Paris), le 8 octobre 1933. Les évolutions de Hélène Boucher et de la virtuose allemande Vera von Bissing subjuguent la foule, qui porte l’aviatrice française en triomphe.

C’est le début de la célébrité pour Léno, qui a conquis le public. Hélène Boucher vient rejoindre les Amélia Earhart,

 Maryse Bastié, Maryse Hilsz ou Adrienne Bolland.

 

En juin 1934, Hélène Boucher signe un contrat avec la nouvelle société Caudron-Renault. C’est François Lehideux, patron de Renault de l’époque, qui décide de son embauche. Avec ce contrat elle obtient, outre un salaire assurant son indépendance financière, des moyens techniques lui permettant de donner le meilleur d’elle-même. 

Brillant pilote, Hélène bat de nombreux records, dont celui d’altitude. En 1934, elle s’attaque au record du monde de vitesse féminin. Le 8 août, elle décolle du terrain d’Istres aux commandes d’un Caudron-Renault et bat d’une part le record de vitesse sur 100 km à 412 km/heure et d’autre part le record des 1 000 km à la moyenne de 409 km/heure (Maurice Arnoux détenait l’ancien record avec 393 km/h). "On peut faire mieux !" dit-elle en descendant de son avion.

Le 10 août, elle repart avec l’intention d’améliorer la performance de la Britannique Mrs. Haizlip, qui est de 405,320 kilomètres à l’heure sur 3 kilomètres. Elle réussit avec 428,223 kilomètres. "Ce n’est pas suffisant, J’ai été gênée par la mauvaise visibilité. Je recommencerai demain !" déclare-t-elle.

Elle refuse de laisser homologuer son record. Le lendemain, à la moyenne de 444,835 kilomètres à l’heure, effarante pour l’époque, elle devient championne du monde toutes catégories. 

Le 30 novembre 1934, Hélène Boucher se tue lors d’un vol d’entraînement sur l’aérodrome de Guyancourt aux commandes d’un Caudron C.460 Rafale . La presse évoque une perte de vitesse à l’atterrissage,  dans la forêt de la vallée de la Mérantaise près de Guyancourt dans les Yvelines.l’avion accroche la cime des arbres au dessus du bois de la croix de Magny-les-Hameaux et s’écrase. Une stèle à cet endroit commémore la tragédie.


Ce sont les pilotes Raymond Delmotte, Fouquet et Goury témoins de l’accident qui arrivent les premiers sur les lieux. Hélène Boucher gravement blessée est évacuée vers l’hôpital de Versailles, elle décède dans l’ambulance dans la côte de Satory à Guyancourt.

 

                                                                                                               Mémoire :

Hélène Boucher est décorée, à titre posthume, de Légion d’honneur avec la citation suivante :

« Pilote aviatrice : 3 ans de pratique professionnelle. »
« Pilote de haute classe, a mis au service de l’aviation française sa foi ardente et son audace réfléchie. »
« A donné toute sa mesure au cours de sa brève carrière. »
« Victorieuse de nombreuses compétitions, a ramené six records à la France, en particulier le record international vitesse toutes catégories sur 1 000 km avec 409 km/h. »
« A donné sa vie à la cause qu’elle avait vaillamment défendue. »
« A été citée à l’ordre de la nation. »

 
 

Elle repose au cimetière de Yermenonville, où elle vécut sa jeunesse.

De nombreux équipements publics voiries, lycées, collèges, et écoles portent son nom. La Poste française a émis, en 1972, un timbre à l’effigie d’Hélène Boucher et de Maryse Hilsz. 

                                        Hélène Boucher,pilote de France

                                                Par René Chambe.

   Editions France-Empire - 1964

Quatrième de couverture :

  « Pilote de grande classe qui a conquis en peu de temps les records les plus enviés, grâce à son habileté et à son audace réfléchie. A donné sa vie pour l’aviation. Personnifie la jeune fille française : modestie, simplicité, vaillance. »

J’étais auprès du général Denain, alors ministre de l’Air, lorsqu’au soir de ce terrible 30 novembre 1934 il rédigea, les yeux voilés de larmes, le texte de cette citation attribuant la Légion d’Honneur à Hélène Boucher.

Nulle citation ne fut plus méritée, plus vibrante de vérité. Ceux qui ont connu Hélène Boucher ne peuvent oublier son visage étroit, ses longs yeux gris, ses dents éclatantes, ses cheveux blonds, aux reflets cendrés, dessinant une pointe de cœur au milieu de son front.

D’elle émanait comme une clarté fraîche, faite de jeunesse, de pureté saine, de gaîté et de courage.

Elle venait de battre le record de vitesse pure sur base, sur avions de toutes catégories. Elle avait triomphé de tous les autres pilotes de l’univers entier. Elle était le premier pilote du monde.

Et puis, la Mort qui l’attendait, qui la guettait au crépuscule, à la lisière de ce Bois de la Croix

Un cri de déchirante douleur a passé, ce soir-là, d’un bout à l’autre de la France et aussi en beaucoup d’autres pays.

Mais l’ombre ne peut effacer la lumière. Hélène Boucher restera jeune et belle, éternellement. Son nom brille toujours au firmament comme une étoile. Cette étoile ne s’éteindra pas.

Ce livre a été écrit pour la faire mieux connaître de toutes ces jeunes filles de chez nous, à l’âme chevaleresque et généreuse, qui ont encore quelque chose dans le cœur.

                                           A voir aussi

     


 

 

beudjull-noir.gif

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Date de dernière mise à jour : 05/11/2011

Site de France viteavous.com  Vos racines.fr  aquadesign.be annuaire.indexweb.info  01 referencement getclicky.com Annuaire référencement  http://www.la-toile.com/ le moteur terresacree activesearchresults  iozoo.com Voyage et tourisme de l'annuaire Webrankinfo   chatbotgame.com/ thekonstrukt.com/ Blogs Directory Nom de Domaine Petites Annonces Gratuites  annuaire liens en dur  http://french.casinoredkings.com/ référencer son sitedigg-france http://www.okamag.fr/ http://www.dmoz.fr/  Voyage http://www.ton-casinoenligne.com/

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site